Que faire si vous avez une hypothèque à taux variable?

jeudi 7 septembre 2017

Que faire si vous avez une hypothèque à taux variable?

A la surprise de plusieurs économistes, la Banque du Canada (BdC) a décidé le 6 septembre dernier d’augmenter son taux directeur d’un quart de point (0.25) pour la seconde fois en moins de deux (2) mois. Ceci signifie que son taux cible d’un jour passe désormais à 1% et que le taux directeur des banques augmentera à 3.20% dans les jours qui suivent.

La première considération lors d’un tel événement est de se demander pourquoi une hausse et pourquoi maintenant. Or, la réelle nouvelle dans tout ce brouhaha est qu’il semble que la Banque du Canada ait choisi de diverger de sa politique monétaire traditionnelle – qui consistait à baser ses décisions largement sur le contrôle de l’inflation au pays – pour dorénavant prioriser une perspective beaucoup plus globale. Ainsi, plutôt que de mettre les données inflationnistes au centre de son analyse, la BdC prend un tournant qui l’amène à mesurer plusieurs autres indices économiques tels que le PIB, les statistiques d’emploi, les investissements corporatifs, les exportations et la monnaie canadienne, ainsi que des facteurs plus globaux tels que le prix des matières premières et la conjoncture géopolitique. A ce point-ci, il est impossible de dire avec certitude lesquels de ces facteurs pèseront plus lourdement dans la balance lors des prochaines décisions de la Banque mais une chose semble sûre, ses analyses futures seront beaucoup plus globales qu’auparavant.

Où allons-nous à partir de maintenant?  Considérant les facteurs mentionnés ci-dessus, il est fort probable qu’une autre hausse d’un quart de point (0.25) soit annoncée avant la fin de 2017. L’économie canadienne démontre une certaine robustesse et notre taux cible d’un jour à 1% est toujours en-deçà de celui de la Réserve américaine (qui est présentement à 1.25%). Il devient difficile pour la BdC de justifier le maintien de son taux directeur en-dessous de celui des États-Unis, maintenant que notre économie a repris de la vigueur et excède même les attentes de plusieurs. Toutefois, il est important de souligner que lors de sa plus récente annonce, la BdC a clairement indiqué être également préoccupée par le marché immobilier canadien, le niveau d’endettement des Canadiennes et Canadiens, ainsi que par les risques géopolitiques qui se dessinent à l’horizon. On nous laisse ainsi savoir que les futures décisions de la Banque ne sont aucunement prédéterminées et qu’elles seront guidées par les principes cités ci-dessus, qui comportent leur lot d’incertitudes. Des événements comme les discussions entourant le Brexit, la renégociation de l’ALÉNA et l’instabilité politique chez nos voisins du Sud pourraient donc freiner ou accélérer la voie entreprise par la BdC. Pour l’instant, rien n’est sûr.

Si vous êtes actuellement sur un taux variable pour votre hypothèque, voici nos recommandations :

  • Contactez votre prêteur hypothécaire et demandez-lui quel serait le taux fixe si vous vouliez convertir votre taux variable pour le reste de votre terme.
  • Si le taux fixe vous étant offert est de moins de 3%, il vaut la peine de considérer la conversion en taux fixe.
  • Si le taux offert est de plus de 3%, une analyse plus poussée et une discussion de vos besoins actuels et futurs seraient nécessaires.

IMPORTANT : les taux variables ne sont pas seulement habituellement plus bas que les taux fixes, ils comportent plusieurs autres avantages. Le plus notable est certainement leur pénalité, beaucoup plus basse que celle des taux fixes. Ainsi, avant de prendre la décision de convertir votre taux variable en taux fixe, considérez tous les avantages que vous perdrez en fixant votre taux. Ne prenez surtout pas votre décision uniquement sur le taux.

Pour de plus amples explications, veuillez contacter notre équipe. Nous sommes toujours disponibles pour vous conseiller et vous guider afin que vous puissiez effectuer une décision éclairée.